Vous êtes ici

Observatoire de la couverture médiatique des élections Gabon 2016 : rapport n°2

Soumis par jadecameroun le sam, 20/08/2016 - 14:13

L’Observatoire de la couverture médiatique des élections  gabonaises de 2016 (OCME-Gabon 2016) a bouclé son 2e rapport. Il en ressort que la plupart des médias couvrent l’actualité politique sans respecter le principe  de recherche de la vérité, de l’équité et de l’équilibre des informations. Les médias publics ont privilégié le candidat du parti au pouvoir en lui accordant 92% à 95% du temps d’antenne.  Télécharger le rapport complet

 

L’Observatoire de la couverture médiatique des élections  gabonaises de 2016 (OCME-Gabon 2016) assure le monitoring de la  couverture journalistique  de l’actualité politique gabonaise depuis le 1er mars  2016. Les critères d’observation se fondent sur les normes contenues dans les instruments internationaux, à l’instar de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples qui prescrit l’égalité d’accès aux services et biens publics. Il y a ensuite la  Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance qui recommande un accès équitable aux médias d’État de tous les candidats et partis politiques, et la Déclaration de l’OUA/UA sur les principes régissant les élections démocratiques en Afrique  qui prescrit  le respect de l’impartialité dans la couverture du processus électoral. L’observation se fonde enfin sur le principe de la déontologie des journalistes qui recommande  de « ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ».  Un premier rapport a été  publié en mai 2016. Le présent rapport couvre la période 21 avril -  23 juillet 2016. L’OCME-Gabon 2016 bénéficie du soutien financier de l’Union européenne. L’Observatoire est mis en œuvre par JADE (Journalistes en Afrique pour le développement) avec l’appui local de l’AJAPE (association de journalistes).   

 

I, Observations générales

 

1,  Déséquilibre abyssal des informations  politiques

L’analyse de la répartition du temps d’antenne, du ton et des sources d’informations politiques diffusées par les cinq chaines de télévision observées montre, tout comme dans le dernier rapport,  un déséquilibre abyssal au profit du candidat du parti au pouvoir.   Ainsi, sur les 1682 mn soit 28h 2mn d’informations diffusées, 1374 mn soit 82% du temps total ont été consacrées au candidat Ali Bongo. 65% de ces informations lui sont favorables, 19% sont neutres et 16% lui sont défavorables. Ces informations proviennent à 72% de la majorité présidentielle, 14% de l’opposition et 14% de sources pluralistes.  

Les candidats de l’opposition, par contre,  se partagent les 18% du temps restant. Ici, Jean Ping vient en tête avec un temps de 93 mn soit 6% (15 fois moins que le temps d’Ali Bongo) , suivis de  Guy Nzouba Ndama avec 67 mn (4%), Casimir Oye Mba avec 53 mn (3%), Maganga Moussavou (19 mn),  Raymond NDong Sima  (2 mn), et les autres acteurs politiques non cités avec 74 mn. 

Même tendance en radio où pour cinq chaînes observées, le candidat Ali Bongo cumule à lui seul 728 mn sur un total de 806 mn d’informations politiques,  soit 90% de temps d’antenne pour des informations qui lui sont à 75% favorables ; 20% neutres et 5% défavorables. Toute l’opposition réunie se partage les 10% de temps restant, à raison de 32 mn pour Jean Ping (4%), 9 mn pour Guy Nzouba Ndama, 6 mn pour Maganga Moussavou et 31 pour tous les autres acteurs politiques. L’origine de ces informations est à 74% de la majorité présidentielle contre 17%  de l’opposition et 9% de sources pluralistes. 

 En termes de couverture équilibrée des candidats, la presse écrite n’est pas mieux lotie. Durant la période d’observation, les journaux observés ont également fait la part belle au candidat du parti au pouvoir, bien qu’à un moindre degré, en lui consacrant 355 sur 500 pages d’informations politiques, soit 71% l’espace. Ici, contrairement à la télé et à la radio, la flopée des journaux privés qui se sont dressés contre le candidat du PDG ont favorisé la montée de la quantité d’informations qui lui sont défavorables à 54% contre 37% d’informations favorables et 9% de neutres. Les sources de ces informations sont d’ailleurs à 55% de l’opposition contre 41% du pouvoir. 

Dans cette répartition des espaces, après Ali Bongo vient loin derrière  Guy Nzouba Ndama avec 73 pages (15%) , Jean Ping avec 33 pages (7%), Casimir Oye Mba (12 pages), Raymond NDong Sima (4 pages), Maganga Moussavou (2 pages), et tous les autres réunis ont eu droit à 21 pages.

 

2, Une éclaircie dans un ciel sombre : TVS et Gabonreview.com

Tout n’est cependant pas sombre dans ce paysage médiatique gabonais : la chaîne de télé TVS et le site d’informations Gabonreview.com donnent une bonne leçon d’équilibre aux autres médias. Avec un score de 1,9 sur une échelle de 0 (équilibre parfait des informations)  à  10 (déséquilibre maximum des informations),  les deux médias viennent en tête du classement des médias observés. Dommage qu’à cause de ses moyens techniques limités, TVS soit absente des satellites et la réception de son signal limitée  à Libreville.  Gaboneco.com, un autre journal en ligne, classé 3e, fait des efforts louables dans le sens de l’équilibre des informations. 

 

II, Observations spécifiques

 

1, Les médias publics au service du candidat du parti au pouvoir

La télévision à capitaux publics, Gabon Télévision, continue d’afficher sa partialité puisqu’elle a accordé l’essentiel de son espace d’information politique à Ali Bongo Ondimba, le candidat du parti au pouvoir. Sur 496 mn d’informations politiques, 457 mn soit 92% ont été consacrées à Ali Bongo Ondimba sur un ton essentiellement favorable. Ses sources d’informations ne sont pas non plus diversifiées puisqu’elles sont à à 83% de  la majorité présidentielle contre 9% de l’opposition et 8% pluralistes ou neutres. 

Avec un niveau d’équilibre de 6,3 sur une échelle de 0 (équilibre parfait des informations)  à  10 (déséquilibre maximum des informations), Gabon Television est classée 12e sur 20 organes de presse observés.

Radio Gabon, radio à capitaux publics, est elle aussi au service du candidat du parti au pouvoir, puisqu’elle a consacré 95% de ses informations politiques à Ali Bongo Ondimba, pour diffuser des informations qui lui sont presque toutes favorables ou neutres. Avec un score de 6,4 , Radio Gabon est classée au 14e rang.

 

2, Les médias privés affichent leurs couleurs politiques

La plupart des médias privés ont un parti pris manifeste soit pour le candidat du parti au pouvoir, soit pour les candidats de l’opposition, ce qui se traduit dans la répartition des espaces, le ton et les sources des informations. 

Ainsi, dans l’audiovisuel, TéléAfrica a accordé au moins 95% de son espace politique  à Ali Bongo pour des informations qui lui sont toutes favorables ou neutres. Idem pour  Kanal7  (96% de temps à Ali Bongo). D’où le classement au bas de l’échelle de ces deux chaînes de télé : Kanal7 au 15e rang et TéléAfrica 18e, c’est-à-dire avant-dernier. Avec un score de 5,9 ,  TV+ n’est pas non plus impartial. Son  déséquilibre est par contre en faveur des candidats de l’opposition. 

En radio, en matière d’équilibre des informations, Africa N°1 fait mieux, avec un score de 3, suivie de la radio Génération Nouvelle (3,5). Dans cette catégorie,  Radio Gabon et Radio renaissance ferment  la queue  avec un score de 6,4. 

En  presse écrite,  les scores sont pires. Le journal le moins partial, Matin Equatorial, est classé 7e avec un score de 5,3. Le journal La Loupe ferme la queue avec le pire des résultats, soit 7,3.

 

3, Gaboneco.com et Gabon review : des efforts à encourager 

Gaboneco.com et Gabon review, les deux sites observés, apparaissent comme une éclaircie dans un ciel sombre. Sur les 395 articles publiés durant la période d’observation par les deux médias en ligne observés, 284 soit 72% portent sur Ali Bongo Ondimba. Mais contrairement aux autres médias, la presse en ligne a été un peu plus équilibrée sur le plan du ton. Ainsi les articles portant sur le candidat du PDG sont à 46%  favorables contre 23% défavorables et 31% neutres. Comme toujours, l’opposition a la portion congrue : 9% à Jean Ping, 5% à Guy Nzouba Ndama, 3% à Casimir Oye Mba, 1% à Maganga Moussavou, 1% à R.NDong Sima, et 10% soit 39 articles aux autres acteurs politiques de l’opposition. Point positif à souligner, les sources d’information sont équilibrées puisqu’ici, elles sont à 40% de la majorité contre 39% du pouvoir et 21% pluralistes. Résultat, Gabonreview.com est co-leader du classement, et Gaboneco.com est 3e.

 

 III, Conclusion

En violation des principes déontologiques et des normes internationales en matière de couverture journalistique du processus électoral, la plupart des médias  gabonais couvre le processus électoral sans se soucier des règles d’équilibre, d’équité et de respect de la vérité. Ils prennent parti pour un camp dont ils font la propagande, en même temps qu’ils s’adonnent au dénigrement systématique du camp adverse.  La note d’espoir vient de la chaîne de télé TVS, malgré ses moyens techniques fort limités,  et du site d’informations Gabonreview, et dans une moindre mesure Gaboneco.com.  Ces médias couvrent,  dans un effort de respect de la vérité,  les activités politiques du pouvoir comme de l’opposition.  Donc, l’optimisme est permis.  

 

Classement des médias gabonais observés suivant le niveau du déséquilibre croissant

L’échelle de notation va de 0 (équilibre parfait des informations)  à  10 (déséquilibre maximum des informations)

 

 

Rang

Média

Niveau du déséquilibre

1

Gabonreview.com (Presse en ligne)

1,9

1 ex.

TVS (Télévision )

1,9

3

Gaboneco.com (Presse en ligne)

2,6

4

Africa N°1 (Radio)

3

5

Génération Nouvelle (Radio)

3,5

6

Radio Record (Radio)

4,1

7

Matin Equatorial (Presse écrite)

5,3

8

TV+  (Télévision )

5,9

8 ex.

Nku’u Le Messager (Presse écrite)

5,9

10

L'Union (Presse écrite)

6,1

11

L'Aube  (Presse écrite)

6,2

12

Gabon Télévision

6,3

12 ex.

L’Objectif  (Presse écrite)

6,3

14

Radio Renaissance 

6,4

14 ex.

Radio Gabon

6,4

16

Kanal7 (Télévision )

6,6

17

Echos du Nord   (Presse écrite)

6,7

18

Le Mbandja  (Presse écrite)

6,9

18 ex.

TéléAfrica (Télévision )

6,9

20

La Loupe  (Presse écrite)

7,3

 

Contacts de l’OCME-Gabon 2016

JADE Cameroun Tél. +237 664 620 766   Email : jadecameroun@gmail.com

 

 

 

 

Fait à Libreville, le 11août 2016

 

Le coordinateur  général 

Etienne TASSE

 

Le coordinateur délégué

Antoine LAWSON

 

 

  

Ce rapport est produit avec l'aide financière de l'Union Européenne. Le contenu relève de la seule responsabilité de JADE et de l’AJAPE,  et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'union Européenne.

Catégorie: